Jour de la Poésie

Hier soir, en rentrant dans la tempête, j’ai appris par la radio qu’aujourd’hui, le vendredi 21 mars, était le jour international de la poésie. Prise d’un élan subit, j’ai composé un poème, petite ode aux mots que j’avais envie de partager avec vous!

Poème
Mots que ma peau aime
Mots qui apaise les maux
1 ver, 2 verts, 3 verres, 10 vers
Dix vers, mots d’hiver
Sur des faits divers
m’haut
qui m’élèvent
m’eaux,
qui désaltèrent
m’O
qui encerclent
Mots, Vers, Miels
Mots vermeils
Mots, Merveilles!

Publicités

Notre Sagesse Intérieure, partie 2

Un pont vers le futur

Maintenant il nous reste à entrevoir notre pont vers le futur. Certaines voies, certains chemins, certaines voix intérieures, certains choix ont un futur. Et par futur, j’entends un futur fructueux, un futur lumineux, un futur fertile. Fertile en bons fruits qui pourront porter et nourrir plus que simplement nous-même.

La sagesse autochtone nous enseigne que nous devrions toujours penser aux générations futures (jusqu’à la 7ième génération!) en posant nos gestes aujourd’hui. Il nous faut imaginer l’impact de nos décisions dans les années à venir.
Même s’il peut être difficile pour nous de voir si loin, rien ne nous empêche de commencer à regarder vers demain.

Il faut imaginer que notre plus beau futur nous fait signe et nous indique la meilleure route à suivre. Comment l’entendre?

Nous avons deux guides pour cela: Le Juste et La Beauté

Est-ce juste?

Je dois me poser la question concernant l’acte que je veux poser, la pensée que je veux entretenir en moi, les mots que je veux prononcer.
Le Juste se situe entre le bien et le mal. Il ne cherche pas la perfection. Il est suffisant. Il n’a pas besoin de plus et ne se sens pas en manque. Il a confiance en la bonne marche de l’univers, sais qu’il n’a rien à contrôler et se fraye un chemin entre la rigueur et la bienveillance; entre la discipline et la tolérance; entre conscience et subconscience; entre le dur et le tendre.
C’est le Juste Milieu, le point d’équilibre.
Ce qui est juste engendre de bons fruits. C’est parfois un acte dur mais nécessaire qui me permet de m’affirmer, de me dresser debout dans ma vie. C’est parfois un acte tendre, qui laisse aller, qui refuse le combat.
Je me pose la question: est-ce que l’effort que je mets donne proportionnellement de bons résultats?
Est-ce que cela est répond au meilleur de moi-même, dans ce qui sera le mieux pour moi? Pas de le sens narcissique de ne se préoccuper uniquement de notre propre intérêt. Dans le sens d’honorer la lumière spirituelle qui m’habite.

Est-ce Beau?

La voie de la Beauté nous enseigne que ce qui est beau est emplit de l’Esprit. La beauté infuse en nous la connaissance profonde de la justesse de l’univers. La beauté est l’indicateur de la présence de la sagesse. La beauté est un miroir pour notre âme et nous élève.
Même si chacun-chacune n’a pas forcément le même barème concernant ce qui est beau, nous SAVONS en notre for intérieur que quelque chose est beau car nous nous sentons plus grand(e)s, plus capable(s), plus en lien avec la Vie. La Beauté nous transporte.
Alors, cette route,cette décision, cette solution, cette pensée est-elle belle?

Maintenant je peux regarder comment j’honore la Vie en moi et autour de moi et entendre dans mes voix intérieures celles qui m’appellent vers un futur juste et beau.

Crédit Photo « Bridge in the Wood » par Acrylicartist

Notre Sagesse Intérieure

5574312187_dfd26415ec
Réflexion que j’ai publiée sur Facebook…que je préfère ramener sur mon blogue et qui aura plus de contenue ici.

Notre Sagesse Intérieure

Nous avons une sagesse intérieure…Notre corps et notre esprit nous parlent, mais au milieu de toutes ces « voix » contradictoires en nous et autour de nous (chacun/e ayant une opinion personnelle) comment parvenir à l’entendre?
Dans le tohu-bohu, toutes les voix (voies) se mêlent et s’entremêlent et nous pouvons aisément générer une chose et son contraire.
Comment ne pas écouter uniquement nos peurs (qui souvent parlent les plus forts), nos désirs (qui parfois nous tirent vers de mauvaises directions), nos addictions (qui veulent être entendue MAINTENANT),ou nos besoins (que nous avons souvent de la difficulté à définir)?

Se donner du temps

D’abord , il faut se donner du temps.
S’arrêter un moment pour réfléchir, calmer le brouhaha intérieur alors que toutes nos pensées se bousculent à la porte de notre esprit pour être entendues.
Imaginez-vous au milieu d’une classe de petits enfants, chacun criant MOI, MOI, MOI et demandant votre attention exclusive. Voilà à quoi ressemble notre espace mental.
Il vous faudra trouver ce qui fonctionne pour ramener un calme intérieur: méditation, contact avec la nature, prière, chant, concentration sur une image, une sensation, une musique, exercice physique ou visualisation.
Chacun/e a sa propre façon d’y parvenir et de temps en temps il nous faudra changer de méthode si celle que nous utilisons ne fonctionne plus

Le temps est notre guide.

Prenons comme exemple une de ces « voix » intérieures qui me fait hésiter. Elle me susurre la prudence, elle éveille mes peurs, me rappelle allègrement mes erreurs du passé ou mon anxiété face à l’échec possible dans l’avenir.
Résultat des courses: je m’immobilise, je n’ose plus, pire même, je retourne en arrière des quelques pas que j’étais parvenue à faire. Je me crois. Je crois cette petite(grande?) voix et je pourrais même l’appeler Sagesse, Rationalité ou Réalisme.
Alors je prends le temps comme allié, mais pas n’importe quel temps.
Notre tendance « naturelle » est de nous servir du passé pour le projeter dans l’avenir. L’à-venir est donc écrit d’avance et il reste peu de place pour l’aventure, le nouveau et pleins de possibles bien plus intéressant que notre passé!
Si j’ai déjà hésité dans le passé (nos voix intérieures viennent presque toujours du passé!) et en plus que cette hésitation s’est révélée positive, je suis piégée. Je risque d’épouser ce comportement et ce n’est pas un bon mari!
Alors je dois plutôt chercher dans l’avenir. Si j’hésite aujourd’hui, je risque d’hésiter encore demain et tous les jours de ma vie. Ai-je envie d’arriver à la fin de ma vie pleine de regrets?
Pourquoi ne pas trouver en moi une aventurière, un héros , un être un plus libre qu’aujourd’hui?
Pour vivre une vie encore meilleure demain qu’aujourd’hui, je peux m’ouvrir à toutes ces choses pour lesquelles j’hésitais auparavant. Je peux tenter un comportement différent et même inattendu et si la nouvelle route s’avérait moins bonne que je l’espérais, je peux à nouveau changer de chemin.
Donc, la deuxième étape consiste à trouver parmi toutes nos voix intérieures celles qui viennent de notre à-venir le plus lumineux pour nous.
Vous me demanderez sûrement comment… Plus

Les chemins de la guérison

« Les cris du corps sont l’écrit de l’âme » Georges Lahy

Nous sommes reliés à tout ce qui se passe en nous et autour de nous. Le corps n’est pas une mécanique indépendante de la personne qui l’habite ou des évènements que cette personne vit.
Le corps en est l’écho, l’onde sur l’eau de la conscience.
Quelque part nous avons perdu l’Esprit…
En le retrouvant, nous redevenons entiers. La joie d’être vivant(e) devient notre moteur et la guérison est à nouveau possible.Et l’Esprit croît avec l’usage.
L’équilibre juste revient; car c’est le respect entre nos différents plans (intellectuels,émotionnels,physiques et spirituels) et notre réalité extérieure qui nous ramène à nous-mêmes.
La roue de Médecine est une voie chamanique et philosophique ancestrale qui permet de remonter à la source de votre Être, votre Soi. C’est un chemin spirituel basé sur l’observation de la Nature . Cette Nature en qui résident des réponses à nos questions fondamentales:
Qui suis-je?
D’où viens-je?
Où vais-je?
Ai-je un rôle dans cette vie?
Quel sens a ma vie?
Entrez voir…

photo par : chalkiecc